Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FO Nord Est

Le Blog du Syndicat F.O des Employés et Cadres du Credit Agricole du Nord-Est

Parlons argent !

Une fois n'est pas coutume, on va parler football mais surtout argent :

 

Laurent Blanc : Un contrat de 225 000 € avec le Crédit Agricole
 

 

Laurent Blanc aurait empoché la coquette somme de 225 000 €, selon L’Equipe, pour son opération commerciale avec le Crédit Agricole baptisée « L'équipe de tous les footballs ». Un contrat juteux qui alimente la polémique au sein de la FFF.

 

Lucratif. Le contrat signé par Laurent Blanc avec le Crédit Agricole, concernant l'opération commerciale « L'équipe de tous les footballs », aurait rapporté 225 000 euros au sélectionneur des Bleus selon L’Equipe. « Cette idée m'a tout de suite plu. Le football, ce n'est pas que les professionnels et l'argent, et l'image négative qu'on renvoie parfois », a déclaré Laurent Blanc dans le quotidien, ce mardi.

 

Alors qu’il peaufine actuellement la liste des 23 joueurs qu’il emmènera à l’Euro en juin prochain, le sélectionneur continue de faire débat sur le salaire et les cachets qu’il touche depuis sa prise de fonction à l'issue du Mondial 2010. Et l’opération imaginée par le Crédit Agricole, un des partenaires historiques de la Fédération, alimente la polémique. Cette activité n’est d’ailleurs pas pour plaire à la FFF elle-même, déjà mal à l’aise quant au salaire mensuel que touche l’ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux.

 

Le salaire brut de Laurent Blanc est en effet estimé à 100 000 euros par mois. C’est deux fois plus que celui de Domenech à l’époque. Une somme qui écorne sacrément l’image du « Chevalier Blanc », costume que l'opinion lui a prêté lors de son arrivée à la tête de l’équipe de France. Sans parler de la taille du staff des Bleus et des différents salaires perçus au sein de celui-ci : 21 membres actuellement, pour un coût de deux millions d’euros par an ! Un record.

 

« On pense qu’on peut faire l’économie de quelques personnes, confirmait d'ailleurs l’entourage du président de la FFF, Noël Le Graët, le mois dernier au Parisien. Entre deux et quatre personnes de moins. À l’usage, on se rend compte qu’il y a des doublons. On peut faire aussi bien que le staff actuel en le réorganisant ». Et de rappeler que la question du refus de Le Graët de prolonger Blanc avant l’Euro trouve une partie de sa réponse dans ce problème "d'Etat dans l'Etat".

 

Source : www.sportmag.fr en date du 20 mars 2012.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article